As-Salaam Alaikum (Que la paix soit avec vous)!

Au nom d’Allah, le Bienfaiteur, le miséricordieux!

Mes chers frères et soeurs d’Haïti, je suis très, très heureux et honoré de mettre mon pied sur la terre, la terre sacrée d’Haïti. Les Noirs du monde entier ont une dette de reconnaissance envers Haïti, parce que vous avez créé la première République Noire libre dans le monde. La raison de vos souffrances est la suivante : L’Ennemi sait que
ce que vous avez déjà fait en 1804, vous pouvez le refaire. Donc, que ce soit la France, l’Angleterre, l’Amérique, peu importe ce qu’ils disent, ils ne veulent pas qu’Haïti se relève. Comme la Bible l’enseigne, voici pourquoi nous en sommes là : « Mon peuple périt, faute de connaissance ». Ce n’est pas à cause de la noirceur de notre peau; cela est
plutôt dû à un manque de connaissance de soi capable de libérer notre esprit de la domination de l’ennemi.
Qui êtes-vous, Haïtiens? Pourquoi sommes-nous Noirs? L’ennemi nous a enseigné que nous sommes noirs parce que nous sommes « maudits par Dieu », nés pour servir de coupeurs de bois et de porteurs d’eau pour d’autres personnes! Cependant, nous ne
sommes pas Noirs à cause d’une « malédiction ». Nous sommes Noirs parce que nous sommes le premier peuple de cette Terre! Comme l’enseigne la Bible, «Au commencement était la noirceur, puis vint la lumière», donc il y avait d’abord le Noir;
le blanc est venu après. Vous êtes le commencement et la fin (l’Alpha et l’Oméga dont parle la Bible!). Nous ne sommes pas venus sur cette île qui est une grande nation, à la recherche de la «liberté». Nos pères ont été amenés ici dans la cale des
négriers pour devenir les esclaves des puissances occidentales. Leur intention n’a jamais été de nous libérer de leur domination. Quand les colons Français sont arrivés, ils nous ont dépossédés de nos noms Africains, nous ont fait abandonner notre langue Africaine, nous ont défaits de notre culture Africaine en nous imposant leur langue, leur culture, leur religion et pour les adorer, eux, comme s’ils étaient Dieu.

Tout le discours